Chroniques de Christiane Véricel

par | 12 Fév 2017 | Non classé, progHQM, spectacle

Cette chronique a été publiée dans la Carte postale d’Image Aiguë de janvier 2017.

19 janvier 2017 à Tango de Soie, Lyon

Quelques miettes de pain au sol, Armand – comédien sourd et muet – qui a « saisi » l’histoire (comment?), se jette dessus, façon oiseau, orang-outan, autruche, éléphant, chien, chat… Tous les animaux y passent !

Les capacités d’Armand à habiter ses personnages, produire des images sont démultipliées aujourd’hui grâce à la complicité d’Ayako – 35 ans, japonaise, comédienne acrobate – nous proposant un univers sonore ancestral s’exprimant par des cris, des rires, et tout un langage gestuel… Un plaisir !

Quelle chance d’avoir parmi nous ce comédien sourd et muet. Il faut deviner en permanence ce qu’il dit, ce qu’il demande, ce qui l’énerve, ce qu’il comprend, et surtout ce qu’il veut inventer. C’est obligatoirement stimulant !

Sources d’inspirations inépuisables… Encore faut-il les maîtriser, saisir le bon moment dans le regard d’Armand. Ayako, patiente, inspirée, y excelle, risposte et s’amuse aussi !

En préparation à L’homme qui marche 2, Ayako, Armand et moi sommes dans cette belle salle de Tango de Soie (merci, merci!).
La beauté sobre (au combien japonaise) d’Ayako et le foisonnement gestuel du congolais énigmatique qu’est Armand sont réunis pour un nouveau spectacle… Moments passionnants prometteurs, séduisants, rêvés. Portée par ce foisonnement surprenant, je pense comme toujours que cette rencontre ne laissera pas le public indifférent !

Ces comédiens, tout les oppose : langue, âge, couleur de peau, culture… Ce qui les rapprochent, un désir fou de théâtre, un savoir-faire hors du commun, hors des habitudes, une volonté remarquable de faire ensemble.
Dans cette recherche improbable, ce sont des univers opposés qui dialoguent avec sérénité autour d’objets ordinaires : une chaise, une valise, un bâton, un peu de monnaie pour raconter le monde…

Avec confiance, chacun est prêt à accepter et à répondre aux gestes étranges, aux attitudes inconnues de l’autre. Tout peut s’essayer, s’apprivoiser…Tout produit sens et enchantement.
A Image Aiguë, ce n’est pas la première fois que se croisent sur scène des comédiens de culture différente – loin s’en faut. Et là, encore une fois, je suis sous le charme, inventant des histoires tout exprès pour eux, pour nous, notre plaisir, notre réflexion. C’est la tolérance incarnée. Quel exemple !

Alors merci Ayako et Armand, et respect…


Also published on Medium.