Mes nouvelles (m)amies

par | 18 Oct 2017 | projet, recherche

Simone, Germaine, Marie-Rose, Thérèse, Jacqueline, Marie-Jeanne, Millette, Jeannine, Andrée…Nous les avons toutes rencontrées grâce au projet Mamie’s Folie, une expérience inédite, réunissant plusieurs résidentes d’EHPAD de la région qui forment l’association LRI (Liberté des Résidents en Institution). Des femmes extraordinaires et surprenantes, qui ont exprimé leur envie de faire du théâtre avec la Compagnie. C’est sur une impulsion d’Aurélien Duperray, animateur à l’EHPAD La Rochette à Cuire-le-bas, désireux d’inclure les résidentes dans un projet artistique que Mamy’s Folie a pu voir le jour. Depuis quelques années déjà, la Compagnie Image Aiguë, présente son spectacle L’Homme qui marche, une oeuvre originale, qui pousse les spectateurs à la réflexion, et à l’expression grâce aux débats organisés entre chaque scène. Avec Christiane Véricel, nous avions pu remarqué pendant les représentations, que les résidentes présentes réagissaient avec des points de vues bien différents, mais surtout avec beaucoup d’intérêt aux scènes qui se jouaient devant elles. Et si nous faisions une toute autre version du spectacle, avec des personnes âgées et des enfants, en reprenant les thèmes principaux de L’Homme qui marche?

L’idée de faire monter les résidentes sur scène n’était pas réalisable. Malgré leur forme olympique et leur force herculéenne, tenir sur le plateau, en répétant les mêmes scènes, était un effort certain. Cette expérience n’aurait pas été intéressante pour elles, les textes et déplacements auraient été figé par un conducteur, une mise en scène. Il y aurait eu immédiatement un manque de spontanéité et de concentration. Nous voulions qu’elles s’amusent, et qu’elles soient elles-même : il est évident que chacune de leur personnalité pouvait inspirer à un metteur en scène une pièce entière! La vidéo nous est apparu comme la meilleure des solutions.
Le travail s’est ensuite organisé en amont: rencontres autour de l’Homme qui marche, auditions avec les comédiens, discussions autour d’un repas, visites dans chaque EHPAD pour rassurer les résidentes, ponctuées d’essayages de costumes et d’accessoires… A l’approche de la date fatidique, nos nouvelles (m)amies étaient très stressées: « Comment je vais apparaitre à l’écran? », « Je ne veux pas être ridicule », « Toute ma famille va se moquer de moi avec ce chapeau!», « Je ne vais pas y arriver », « Et si je tombe? », « je peux venir avec ma canne? »

Le tournage s’est organisé sur deux jours, sous la direction artistique de Christiane Véricel. Je dois dire que ça à été une expérience des plus surprenante. La vidéo devait être présentée cinq jours plus tard, le jour du colloque du LRI, organisé chaque année. Nous avions donc deux jours de tournage et deux jours de montage. Nous étions assistées par Giovanna, qui s’occupait de la deuxième caméra, et de Valère, qui gérait le son. Fred, Armand et Gérald, respectivement comédiens et musicien professionnels de L’Homme qui marche, Samira et Violette, jeunes comédiennes du Choeur, étaient également de la partie. Pour rendre cet événement dynamique, certaines scènes regroupaient plusieurs résidentes et d’autres étaient individuelles, soutenues par les comédiens et le musicien évidemment. Chacune pouvait observer et apprendre du travail de l’autre, et trouver ainsi sa place dans le groupe.

Entre fous-rire, larmes, situations cocasses et comiques, doutes et problèmes techniques, ces journées sont passées en un éclair. C’était même un peu trop court à mon goût! Pour ne rien vous cacher, j’adore les mamies. Ce projet m’a enchanté dès le début. Mais je dois dire qu’après ces quelques jours, je les aime encore plus. Je retiendrais une phrase d’Odile, ma nouvelle (m)amie, qui, un midi s’est approchée de moi:

« La création est un moteur, c’est ce qui nous fait vivre »